Histoires secrètes du chemin de Saint Jacques
978-2-916446-37-0

320 pages

22 euros port compris

05-65-24-77-36

Pour commander : voir plus bas dans la page

Une lettre à l'encre violette
Quelque part sur le tracé du GR 65, oubliée derrière le comptoir de tri d'un ancien bureau de Poste, une lettre est demeurée cachée 50 ans, avec tous ses secrets. Sa découverte va entraîner André dans une incroyable aventure à la recherche du temps perdu...

Saint Jacques du chemin cassé
Au cœur du Béarn, un ermite insolite, barbu et bourru, restaure une chapelle à l'abandon sans rien demander à personne. Il y accueille les marcheurs avec une grande générosité. Et curieusement, la statue de Saint Jacques devant laquelle se recueillent les pèlerins commence à produire d'étranges miracles...

La coquille du temps
Un soldat allemand mort en Normandie en 1944, son fils qui a fait le chemin de Saint Jacques depuis Dresde, dans l'ancienne Allemagne de l'Est. Et chamboulant la chronologie des années, un mystère qui demeurera sans réponse...

Albert, prince de Villafranca
Soir d'automne sur le Camino : un pèlerin âgé rend l'âme à Villafranca del Bierzo, une jeune femme le pleure, et Bernard, un pèlerin suisse qui se trouve là par hasard, va recueillir une confidence intense et bouleversante. Toute une vie en quelques pages...

Le pèlerin de l'île de Sein
Une modeste tombe dans le cimetière de Sardiñeiro, près du Cap Finisterre, portant un prénom, et la date du 12 juillet 1940. Une tombe fleurie depuis 70 ans par une main inconnue. Jakez, le pèlerin breton qui la remarque, n'imagine pas à quel point sa vie va se trouver bousculée par cette découverte...

Alphonse le Baptiste
Aire-sur-l'Adour lors d'un printemps qui s'annonçait tranquille : un prophète venu du fond des âges s'en vient semer la zizanie dans la vénérable sous-préfecture. Il veut baptiser, mais voilà que toute l'Administration de notre beau pays lui tombe dessus, car on ne saurait baptiser au XXI° siècle, sans en avoir les compétences et le diplôme, ni payer les taxes qui vont avec...

.

.

Christian Cœur Rouge
Antonio Martín Gulman est historien en Terre d'Espagne. Il trouve en fouillant les archives d'un ancien couvent de Santiago la trace d'un singulier pèlerin arrivé dans les années 1800, et jamais reparti. Son enquête va le mener sur le chemin sanglant d'une histoire dramatique...

Le bourdon blanc
Monique restaure une chapelle en Limousin, sur la voie qui vient de Vézelay, quand elle met à jour un manuscrit vieux de six siècles. Celui-ci raconte une histoire extraordinaire survenue en ces temps lointains. Une histoire si belle, si bouleversante et si dérangeante que tout fut fait pour qu'elle soit oubliée...

Veux-tu être mon pépé ?
Dans un village de La Jacquelaz, près de la frontière italienne, un soir de Noël : un vieil homme marche dans la neige et frappe à la porte d'un chalet tanné par les siècles et les tempêtes. Un jeune couple, une petite fille l'y accueillent. Et cette rencontre improbable va chambouler la vie du village, qui va se souvenir qu'autrefois, avant la Révolution, les pèlerins descendaient par le col...

Le couvent alternatif
Yann fait la sieste au bord du chemin, peu après Santo Domingo de la Calzada. Il y rencontre une étrange bonne sœur qui lui propose l'hospitalité dans sa communauté. Et là, notre pèlerin va de surprise en découverte, qui mettent à mal ses certitudes les mieux ancrées...

Laure de Compostelle
Une histoire d'amour trop belle pour se réaliser. Une déchirure qui se cicatrise lentement. Et bien des années plus tard, dans la cathédrale de Santiago, la rencontre d'un homme avec son passé...

Histoire édifiante et légèrement immorale du pèlerinage de Maurice, Ramsès, Archimède, marquis de Chantecouille vers le tombeau de Monseigneur Saint Jacques de Galice
Maurice, 23ème marquis de Chantecouille, est uni par les liens du mariage à Marie-Austreberthe de la Lune-Saint-Mercy. Et pourtant notre hobereau va se livrer sur le Camino à de bien païennes galipettes, entraînant Louise-Adélaïde de Mortefesse, une pieuse pèlerine, vers un dévergondage éhonté dont les conséquences seront inattendues...
A surtout ne pas lire, sous peine d'excrédencialisation !
.
Aller sur ce lien COMMANDE
Préparer un chèque de 38 dollars canadiens et aller sur ce lien COMMANDE
Cliquez sur ce lien pour aller sur le site du Vieux Crayon, avec paiement Payline sécurisé COMMANDE
Une lettre à l'encre violette

Nous sommes en l'an 2001, dans un village du Gers portant le joli nom de Bretagne-d'Armagnac. Comme chacun le sait, ou ne le sait pas, ce village est situé tout près du trajet qu'emprunte le chemin de Compostelle venant du Puy-en-Velay. Les pèlerins y passaient autrefois, avant que le balisage ne s'établisse sur l'ancienne voie ferrée, un peu plus au nord.
Ce matin-là, André Duceps, employé communal, était en train de vider les locaux de l'ancienne Poste, désaffectée depuis une vingtaine d'années. La mairie avait décidé d'en faire désormais le local des associations du village. Il demeurait dans les lieux quelques meubles encore, de vieux calendriers punaisés sur les murs, des plannings de tournée désuets, des piles de papier jauni, une chaise cassée, et surtout une poussière épaisse accumulée par les ans.
André entassait ces vieilleries sans valeur dans la camionnette municipale pour les mener au plus vite dans la benne de la décharge. Il s'attaquait maintenant à un gros bahut, plaqué contre le mur, qui servait autrefois à trier les lettres. Après avoir démonté le cadre et enlevé les étagères, il tirait le bahut vers la porte quand son attention fut attirée par une enveloppe solitaire au pied du mur, noyée parmi les inévitables trombones et morceaux de papier qui logent habituellement derrière les meubles. Elle avait dû glisser là voici bien des années. Intrigué, André prit l'enveloppe dans ses mains, la retourna. Elle était close, dûment timbrée par une effigie de la Semeuse remontant à de nombreuses années. On pouvait encore lire au recto, écrite avec application à l'encre violette, l'adresse du destinataire :
Georges Pallinier, Poste Restante, Bretagne d'Armagnac (Gers)

- « Eh beh, se dit André, une lettre d'avant le code postal, ça doit pas être jeune... »
A l'issue de sa journée de travail, André retira la lettre égarée de sa poche et la posa sur la table de la cuisine. Les deux coudes sur le bois, il l'observa avec attention et curiosité. Elle n'était pas au format des lettres d'aujourd'hui, mais au format carte postale des correspondances d'antan, quand on pliait encore le papier en quatre pour le glisser dans une enveloppe.
Le tampon qui recouvrait le timbre étant illisible, on ne parvenait à lire ni le lieu où elle avait été postée, ni la date. Pour autant qu'il pouvait en juger d'après le graphisme du timbre, André estimait qu'elle datait des années d'après-guerre, autour de 1950 sans doute. Un détour dans l'album philatélique de son enfance lui confirma ce point.
Au verso, l'adresse de l'expéditeur était difficile à déchiffrer, car le salpêtre du mur contre lequel avait glissé la lettre en avait effacé une partie. Alors que faire ? André avait lu quelque part que la Poste possédait un service spécialisé dans l'acheminement des adresses incomplètes. Oui mais voilà, cette lettre ne dépendait plus de la Poste, puisqu'il n'y en avait plus au village.
Il brûlait d'envie de décacheter la missive et de découvrir quel secret cachait ce petit bout de papier. Mais en même temps quelque chose le retenait. Ouvrir une lettre qui ne vous est pas destinée, c'est comme violer un domicile, rentrer chez quelqu'un sans y être invité. Toujours hésitant, André décida de remettre au lendemain sa décision, et d'en parler à monsieur le maire dès l'embauche. Hélas, ce matin-là le maire était en rendez-vous à la Préfecture, et André ne put poser la question, qu'il retourna dans sa tête toute la journée : devait-il ou ne devait-il pas ouvrir cette satanée lettre ?